Interview François Fabre (Comédien/ Auteur) :

Martin Fabrice - Bonjour François, tu es étudiant au LaMP (Laboratoire de Météorologie Physique) à l'Université Blaise Pascal, peux tu nous dire comment tu as connu Théâtre et Sciences ?

F.F. - Premièrement, j'adhère au LaMP, depuis presque un an déjà, chez les gens bien éclairés, et deuxièmement, j'ai découvert Théâtre et Sciences lorsque j'étais en deuxième année de DEUG. Je cherchais des activités extérieures aux études universitaires et j'ai découvert plus ou moins par hasard le S.U.C. le Service Université Culture qui proposait et qui propose toujours de nombreuses activités dont Théâtre et Sciences.

M.F. - On pourrait dire que tu es comme qui dirait un vétéran de l'atelier, car combien d'année as tu joué avec Théâtre et Sciences ?

F.F. - Et bien, Théâtre et Sciences, je l'ai fait pendant trois ans, ce qui est relativement beaucoup quand même, pare qu'en général, les étudiants n'y restent pas tant de temps, ils font une saison et ils s'en vont. Trois ans c'est trop, et Pierre Bonton ne me contredira pas sur ce point là.

M.F. - Justement on y reviendra, et donc pendant ces 3 ans, est ce que tu peux nous dire un peu quels ont été les thèmes et les différentes approches de ces thèmes du année à l'autre, parce que je crois savoir qu'il y avait quelques différences quand même entre les différentes années ?

F.F. - Ouais. Il s'est trouvé qu'il y a trois ans, le thème était ''La flèche du temps'', Pierre Bonton avait fait un changement dans Théâtre et Sciences par rapport au début, c'est-à-dire qu'il avait changé la période de représentation qui avait lieu du coup fin mars au lieu de fin janvier, ce qui fait qu'il a éliminé toute une catégorie d'étudiants qui ne pouvaient plus venir, les 2ème ou 3ème année d'ingénieur au CUST. Et l'année de la flèche du temps, nous étions six. Pierre a hésité à continuer mais vu que nous étions assez motivé, l'atelier a perduré. C'était donc très particulier par rapport aux années précédentes où il y avait environ une vingtaine d'élèves, qui travaillaient par groupe. Là, nous n'étions que six et au lieu de faire des sortes de sketches, nous avons décidé de monter une pièce, ce qui ne s'était jamais fait à Théâtre et Sciences. Nous avons beaucoup réfléchi, peut-être trop et finalement, le travail s'est concrétisé par une pièce d'une durée de trois quart d'heure. Au début nous avions un autre projet qui était plus long mais qui n'a pas pu aboutir, c'était trop compliqué et après il y a eu une autre petite création que nous avons fait en fin d'année pour le ''Bar des Sciences'' (à la Baie Des Singes) à Cournon. Il s'agissait d'une saynète sur le temps, plus en rapport avec la science que la pièce.

M.F. - Ok est-ce que tu peux expliciter, les avantages, les inconvénients, les différences d'un groupe de 6 et d'un groupe d'une vingtaine ? Enfin dans les grandes lignes…

F.F. - C'est sûr que ça n'a rien à voir, c'est pas la même manière de travailler, les gens sont beaucoup moins soudés à vingt, quand t'es vingt, tu connais pas tout le monde, y'a ton groupe et puis voilà. A six, c'est vraiment un projet collectif. A vingt aussi tu peux faire un projet collectif mais il faut que les gens, même s'ils travaillent par petit groupe, se réunissent sur certains points. A Théâtre et Sciences, ça ne se passe pas tout à fait comme ça, les groupes sont assez isolés les uns par rapport aux autres, il n'y a pas vraiment d'échange entre eux. Mais à la fin, le spectacle vient de tout le monde.

M.F. - On disait vétéran, on disait 3 ans, parce que après "La flèche du Temps" il y a eu, si je me souviens bien, dans l'ordre "Les Nombres et puis "L'eau". Jérôme interviewé précédemment nous a vanté tes talents d'humoriste à Théâtre et Sciences, alors Théâtre et Sciences tremplin ou expérience ?

F.F. - C'est une blague. En effet elle est bonne… non, à Théâtre et Sciences j'ai découvert un truc : la scène et ça m'a plut. Ensuite j'ai continué et la deuxième année c'était complètement différent de la première, ce qui ne veut pas dire que c'était moins bien, et donc à partir de là j'ai eu envie de continuer la scène.
En fait, au départ, quand je suis arrivé à Théâtre et Sciences, j'étais plutôt intéressé par l'écriture et je n'avais pas prévu de jouer. Ça me faisait un peu peur et je n'imaginais même pas que c'était possible. Jusqu'au dernier moment on s'est dit : " on va jouer, ah bon ! tiens ! " et j'ai vraiment réalisé que c'était possible d'être devant des gens, sur scène en train de dire un texte après la fin de la première représentation. Et là, je me suis dis : " en fait, c'est possible ", et tout de suite, ça prend une autre tournure.

M.F. - Original, en effet, comme parcours…On parlait du "Bar des Sciences" tout à l'heure, c'est une espèce de collaboration avec Théâtre et Sciences, c'est donc la baie des singes un bar qui ce trouve à Cournon, est-ce que tu peux nous expliquer comment ça marche, comment ça se déroule ?

F.F. - Le Bar des Sciences, c'est Pierre Bonton qui en est à l'origine avec d'autres personnes de la SFP(Société Française de Physique). Il l'ont mis en place la même année que '' La Flèche du Temps'', en 1999. Ça se déroule de la manière suivante : il y a un thème scientifique et des intervenants de domaines différents (scientifique, philosophe, historien…) animent la soirée. La bar des sciences a lieu au café théâtre la '' Baie Des Singes '' tous les premiers mardi du mois. Chaque année il avait une participation de Théâtre et Sciences, le thème retenu était le même que celui de Théâtre et Sciences et on faisait un extrait du spectacle ou une nouvelle saynète crée pour l'occasion.

M.F. - Pour en revenir aux différentes formules que tu as rencontré, en fait toi tu as expérimenté la pièce à 6, en petits groupes et en solo, seul face au public, qu'est-ce que tu préfères et quel est le plus facile ?

F.F. - Il n'y a pas une chose plus facile que l'autre… c'est pas pareil donc c'est bien de faire les deux. Pierre sollicitait beaucoup les gens pour faire des textes seul et c'est vrai qu'après deux ans à Théâtre et Sciences je me suis dis : " si je reviens, je fais un truc tout seul ". et en effet la 3ème année j'ai fait deux textes solo et j'ai aussi travaillé avec un groupe et ça c'était bien. Après ça dépend avec qui tu travailles. Ce qui est bien c'est que tu débarques dans l'atelier et tu te retrouves avec des gens que tu ne connais pas et tout le monde construit ensemble… humainement c'est une aventure assez forte.

M.F. - Tu découvres…

F.F. - C'est comme ça dans n'importe quel atelier et c'est ça qui est vachement bien.

M.F. - je crois que cette année tu as changé d'atelier, c'est du ras le bol ou une envie de changement ?

F.F. - Et bien les deux. Non mais… trois ans c'est largement suffisant, j'aurais dû me barrer avant peut-être. Et puis tout le monde m'a demandé : " tu fais plus Théâtre et Sciences, aaahhh ! " et je leur ai dis : " ben non, je ne vais pas resté éternellement ! " même Pierre l'avais dit : " cassez-vous, je vous veux plus ". En fait, Théâtre et Sciences c'est bien pour les gens qui n'ont jamais fait de théâtre et qui arrive la première fois. Pour ma part, j'avais envie d'aller voir ailleurs. Déjà l'an dernier, j'avais fais un autre atelier au SUC et c'était pas mal de faire les deux.

M.F. - Pour conclure tu en garde de bons souvenirs…des gens que tu as rencontré par ce biais, etc. Voilà donc je te laisse le mot de la fin, à toi de jouer…!

F.F. - C'est un très bon souvenir, une expérience assez extraordinaire. J'ai rencontré des gens déjà et après y'a des trucs qui ont été prolongé avec certaines personnes… y'a un début à tout, c'est pas mal, au moins j'ai découvert quelque chose. On peut dire que Théâtre et Sciences, malgré ce nom un peu rebutant, ça vaut le coup d'aller voir ce qui s'y passe.


M.F. - Merci François.


Retour