L’intégration de Théâtre et Sciences dans le cursus

Les chiffres

Plus de soixante pour-cent des étudiants pensent que " théâtre et sciences " devraient faire partie du cursus. Un quart des étudiants choisissent la position intermédiaire, car ils sont partagés entre le sentiment selon lequel ce qu’ils ont vécu serait utile à beaucoup d’autres, mais que rendre cette atelier obligatoire présenterait de nombreux désavantages. C’est la raison pour laquelle le reste des étudiants s’oppose à cette proposition.

Les commentaires

Un des points principaux relevé par les étudiants est l’impératif de volontariat qui doit être associé à cette activité. Vingt et une personnes se prononcent explicitement dans ce sens. Les raisons de cette position varient depuis le simple respect des libertés individuelles, jusqu’à la nuisance que pourraient constituer des personnes contraintes, en passant par les personnes attachées au privilège des petits groupes et ceux qui pensent que banalisation et institutionnalisation seraient néfastes aux résultats.

Cependant certains étudiants n’ont pas interprété cette proposition dans le sens de "matière" obligatoire. Dans ce cas ils acceptent son intégration dans le cursus, comme option au même titre que l’anglais, l’expression écrite et orale ou le sport (neuf réponses).

Les adhésions à cette proposition dépassent la demande ! : un étudiant de médecine réclame cet atelier, certains souhaiteraient le voir s’étendre à tous les cursus et aux autres années du CUST. Un étudiant le verrait même faire partie de "tous les cursus, toutes les écoles, tous les pays et tout l’univers " !

En grande majorité, les étudiants souhaitent voir " Théâtre et sciences " faire partie du cursus, pourvu que ce soit comme option non obligatoire.