Question 3 - Théâtre et Sciences a des liens avec d'autres ateliers du SUC, notamment Décors, Costumes, et il y a aussi des gens qui viennent de l'extérieur, soit pour la lumière, si ce ne sont pas les étudiants qui s'en occupe, Bernard Avron qui participe chaque année à Théâtre et Sciences, comment se passe les liens avec "l'extérieur" ?

Bon, bien sûr je me fais aider, au début je me faisais aider par une personne qui faisait du français au CUST et qui travaillait avec moi les textes, et une deuxième est venue m'aider pour les costumes, une collègue Catherine Creuly. Catherine est toujours avec nous, elle est indispensable. Pour tout ce qui était lumières, technique, décors…etc. c'était moi qui le faisait avec les étudiants, mais c'était assez restreint surtout au point de vue décors, l'atelier Théâtre et Sciences est devenu très rapidement un atelier du SUC (Service Universités Culture). A l'intérieur du SUC il y a d'autres ateliers, ils nous ont aidé certaines années.Ca peut être l'atelier lumières, qui est animé par Pierre Mochien, quelques étudiants de Théâtre et Sciences suivent cet atelier, ce fut le cas de François Blondel qui nous a accompagné durant 3ans ce fut également le cas de Thierry qui lui a fait les lumières pendant 4 ans, et il est parti dans une école d'ingénieur Régie Lumières, il est devenu ingénieur il a travaillé à l'opéra de Lyon et d'en d'autres endroits. On a une relation constante avec l'atelier lumières. Nous avons eu une relation une année avec l'atelier décors tenu par Martine Vialatte. D'un coup les décors sont devenus plus importants et on peut du coup utiliser l'atelier Décors même si cet atelier ne s'occupe pas directement de Théâtre et Sciences. On a des comédiens étudiants de Théâtre et Sciences qui peuvent faire des décors en utilisant les ressources de l'atelier décors. D'autres années les interventions extérieures se sont faites par le biais de conférence notamment l'année de Misère et Sciences, il y a eu une personne d'ATD quart monde qui est venue faire une conférence sur Misère et Sciences. Je pense développer cette idée de conférences surtout en milieu d'année pour développer l'imaginaire des comédiens et peut être aussi le lier à une représentation. Bernard Avron lui n'est pas extérieur mais intrinsèque à Théâtre et Sciences, il vient lancer l'atelier, c'est très important pour moi car c'est un professionnel du Théâtre et ç a donne une dimension à l'atelier et après on se débrouille par nous même. Et tout à fait à la fin des stages de 6 mois, il revient soit la veille du spectacle, soit 1 semaine ou 2 semaines avant. Si c'est 2 semaines avant on travaille plus la mise en scène, on peut même modifier quelques textes, si c'est la veille, il dit ce qu'il en pense et le cas échéant on peut modifier un peu: c'est l'œil du pro. Ca c'est important pour nous. C'est aussi très désagréable, on a l'impression d'une critique de notre travail et donc ce n'est pas toujours facile à avaler, souvent à cette occasion je me heurte à Bernard et les étudiants sont un peu déboussolés mais c'est très enrichissant, on additionne tout , on peut aussi additionner les opposés. Ce qui est extraordinaire c'est la réactivité des étudiants, qui prennent ou ne prennent pas en compte les remarques de Bernard, mais quand ils prennent en compte il réagissent très très vite, ça étonne Bernard chaque année. Il ne comprend pas comment on arrive à faire un spectacle de qualité en si peu de temps, il dit:" Moi je travaille avec des professionnels, c'est impossible qu'ils réagissent comme ça.", c'est peut être du à l'ambiance, à la jeunesse qui a ses neurones encore presque intacts, à la découverte, à l'intérêt qu'ils y portent. En effet les étudiants apportent beaucoup d'eux même par rapport au thème scientifique, leur vécu, des choses qu'ils vivent actuellement, sur la mort, la religion, la politique, l'éducation, l'amour, la vie… enfin des choses qui sont au fond d'eux mêmes. Ils se servent du thème de Théâtre et Sciences pour écrire des choses qui sont parfois violentes, ou comme le plus souvent plein d'humour et de poésie et souvent en révolte…
Pour en revenir à la question, il y a même des gens qui viennent de l'extérieur pour nous "acheter" nos spectacles. Nous avons travaillé pour des gens qui organisent des colloques, ou joué une présentation partielle ou complète du spectacle, pour des "Bar des Sciences", sur Clermont Ferrand et sur Cournon en particulier. Il y a une reconnaissance de l'extérieur, des gens viennent pour intervenir dans l'atelier, des musiciens, des chorégraphes, des professeurs d'arts martiaux, des spécialistes de différents domaines.

Retour