Question 4 - Hormis les prises en charge de Bernard Avron, c'est toi qui la majeure partie du temps te charge de la mise en scène des sketchs, alors quel est ton degré d'investissement par rapport à la liberté qu'ont les étudiants de monter leur propre mise en scène de leurs propres textes?

Que ce soit la mise en scène ou sur les écritures, de la mise en place ou des jeux de lumières, j'ai un petit savoir faire, mais je ne le montre pas trop. J'ai travaillé pour une troupe de théâtre amateur. Nous avons organisé un stage avec quelqu'un du théâtre du soleil. j'ai travaillé aussi avec des gens de jeunesse et sport surtout avec Jean Leclerc qui m'a beaucoup appris. La première personne qui m'a donné les bases de la technique théâtrale est Bruno Boussagol un metteur en scène et comédien professionnel. Et, j'ai lu aussi pas mal en particulier le théâtre de l'opprimé d'Augusto Boal. j'ai mis en scène quelques pièces de théâtre mais je ne suis pas un pro. Pareil pour la lumière qui m'intéresse un petit peu plus, parce que je suis professeur d'électronique et d'automatique, je fais de la recherche en traitement d'image c'est pourquoi la lumière m'intéresse.
J'ai une petite expérience de tout ça. En fait, j'ai surtout, depuis 1989 que Théâtre et Sciences existe, appris au contact de Bernard Avron, c'est mon maître en la matière…de théâtre. Toute les fois qu'il vient, on discute, il me parle de ses spectacles, il me montre, je prends, j'additionne etc.
Ce qui m'intéresse c'est que les étudiants se mettent en scène eux-mêmes. Alors il peut y avoir des gens qui ne joue pas, ou qui n'écrive pas mais qui vont mettre en scène. Je leur laisse une liberté par rapport à ça, en dehors des séances de répétition ils travaillent et puis ils viennent avec leur mise en scène. La mise en scène se fait par une explication de comment ça fonctionne, trouver d'abord une situation, un début, une fin, une histoire, un texte et à partir de là on peut mettre en scène. J'interviens sur la mise en place, mais ça c'est très technique, donc c'est facile il suffit de leur faire voir. La mise en scène c'est beaucoup plus un travail sur l'imaginaire donc pour ça je compte sur eux. Et pour finir il y a la chute, je travaille beaucoup avec eux sur la chute, car c'est important c'est de la que naît la surprise et c'est l'impression de fin qu'emporte le spectateur. J'aime bien les chutes un peu surprenantes…Et des fois cela m'empêche de dormir pour trouver la chute d'un sketch qui n'en a pas. Il y a parfois des gens, je me souviens bien par exemple de François Fabre qui lui a des difficultés de se mettre en scène, il écrit des textes splendides, alors on a travaillé tous les deux, on discute beaucoup et tout à coup une idée de mise en scène arrive. Et lui ensuite sur cette idée va rajouter aussi son grain de sel. Donc la mise en scène: Cela peut être moi mais c'est rare, c'est généralement un travail collectif et j'incite certains étudiants, comédien à mettre en scène des textes dans lesquels ils ne jouent pas, et pour eux c'est aussi un apprentissage.

Retour